Déclaration en faveur de la Directive Européenne 2010/63/UE

Le 10 Novembre l’Association Européenne de Recherche sur les Animaux (EARA) a publié une déclaration au nom des grands organismes de recherche biomédicale, des sociétés savantes, des représentants de l’industrie, des universités et des groupes de patients en Europe en faveur de la directive 2010/63/UE.

La déclaration de soutien à la directive européenne 2010/63/UE sur la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques a été signée par 253 organisations. La déclaration est traduite en allemand, anglais, espagnol, italien, portugais et russe.

La liste des signataires de la déclaration est régulièrement mise à jour. Contactez-nous si vous souhaitez que votre organisation devienne signataire de cette déclaration.

Déclaration à l’appui de la Directive européenne 2010/63/EU (« la Directive ») relative à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques

L’utilisation d’animaux à des fins de recherche a permis des progrès majeurs en médecine, lesquels ont transformé la santé de l’homme et des animaux. Nous soutenons l’utilisation des animaux en recherche lorsqu’aucune méthode alternative ne peut s’y substituer, lorsque les bénéfices envisagés pour la santé l’exigent et que les critères éthiques et de bien-être sont réunis.

La Directive européenne 2010/63/UE a mis en avant les critères de bien-être pour les animaux et introduit le concept de remplacement, réduction et raffinement (3R) tout en permettant que l’Europe reste un leader de la recherche biomédicale dans le monde. En vertu de cette Directive, les animaux peuvent être utilisés en recherche lorsque les bénéfices potentiels en médicine humaine ou vétérinaire, ou dans le domaine scientifique, l’exigent et en l’absence d’autre méthode viable.

Pour être valides d’un point de vue éthique et scientifique, et autorisées en vertu de la Directive, les études sur les animaux doivent répondre à des critères de bien-être élevés et respecter les 3R. Ces 3R sont :

  • Remplacement – recours à des méthodes qui évitent d’utiliser des animaux ou permettent de les remplacer ;
  • Réduction – recours à des méthodes qui réduisent le nombre d’animaux nécessaires dans une expérimentation ;
  • Raffinement – recours à des méthodes qui diminuent les contraintes imposées aux animaux et améliorent leur bien-être.

Des méthodes alternatives n’impliquant pas l’utilisation d’animaux, comme les modèles de cellules humaines ou la modélisation sur ordinateur, continuent de progresser et la recherche poursuit ses efforts en ce sens. À ce jour, les méthodes alternatives ne sont toutefois pas capables de remplacer toutes les expérimentations animales. De nombreuses pathologies, en particulier les maladies complexes telles que le cancer, les maladies cardiovasculaires ou le diabète, qui affectent de nombreux organes nécessitent de comprendre comment elles interagissent dans l’organisme, ce qui rend le recours aux animaux indispensable.

L’utilisation d’animaux en recherche a permis de réaliser de nombreux progrès dans la compréhension de la biologie et a contribué au développement de la quasi-totalité des types de traitements actuellement utilisés en médecine humaine et vétérinaire. Aujourd’hui, la recherche sur les animaux demeure nécessaire pour comprendre la santé et les maladies de l’homme et des animaux et pour développer et améliorer les traitements pour le bénéfice des patients dans le monde entier.

Téléchargez ici la version imprimable de la Déclaration et les signataires.

Site mise a jour le 29 septembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone